}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par delphine

Article n°252




... rétrospective (10 ans de passion)

en 2004 aux côtés de julien derouault, marie-claude pietragalla crée le théâtre ducorps pietragalla-derouault, lieu de recherche chorégraphique sur le théâtre du corps.


La collaboration entre Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault s’appuie sur une synergie permanente, à la fois entre eux, mais aussi avec les interprètes de leurs spectacles.

Leur travail chorégraphique pose un double regard sur le monde: réel et fantasmé, masculin et féminin, abrupt et poétique, libre et structuré, drôle et dramatique. Il questionne l’humain et son rapport à l’imaginaire et à l’inconscient à travers le corps.

Leur volonté artistique est d’exprimer le corps en multipliant les prismes de son évocation.


Le Théâtre du Corps mixe les écritures, toutes les disciplines artistiques, danse, littérature, musique, théâtre, mime, cirque, vidéo, arts martiaux, peinture représentent des sources d’inspiration intarissables qui se nourrissent mutuellement et ouvrent un nouvel espace de travail.

La danse est un art multidimensionnel par essence, ainsi dans leurs chorégraphies le corps crée des volumes, sculpte l’énergie pour en libérer un faisceau, une projection et une sensation. Ici, la danse se place au-delà de l’objet intellectuel et d’analyse, elle devient l’art du sensible.

L’humain reste au centre de leur inspiration et de leur recherche, à travers l’histoire, la mémoire collective et le rapport à l’intime. Leur travail questionne ce qui nous constitue et nous définit en tant qu’être humain.

Notre corps est vecteur de l’inconscient, du rêve et de l’imaginaire. Leur art chorégraphique devient le support où se libère l’inconscient, et qui permet de recréer ce lien primitif.
source

'En tant que créatrice, il m' est essentiel de continuer à développer un univers singulier, pensé comme un lieu d’expérimentation et de recherche chorégraphique sur le 'théâtre du corps'.

Notre société en dissociant le corps de l’esprit, scinde une pensée consciente d’une pensée inconsciente refoulée dans la chair. Le corps a alors développé et acquis un langage caché qui lui est propre et que la danse se propose de transmettre. Il est vecteur de l’inconscient, du rêve et de l’imaginaire.

Le mouvement devient sa narration, la chorégraphie, le support où se libère l’inconscient et re-créé ce lien primitif. Elle offre alors un lieu de ritualisation où se partagent une émotion et une réflexion sur l’Homme.

La danse n’est pas qu’un objet intellectuel et d’analyse, elle est aussi l’art du sensible. La théâtralisation du corps et de son langage demande au spectateur de se placer lui-même au-delà du prisme de l’intellect.


Travailler avec des personnalités et des artistes de tous horizons est une donnée centrale dans mon travail ; la mixité des techniques de danse est le fil conducteur de chaque nouvelle écriture.
'

Marie-Claude Pietragalla

marie-claude pietragalla a chorégraphié à ce jour plus de 25 ballets...


Dans nos blogs