}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par Françoise Daganaud

COMPTE RENDU VOYAGE A BAKOU DU MOIS DE NOVEMBRE 2014



Dernier voyage de l’année à Bakou !


Première visite pour Bilqay N° 11, Djehoun et Nazrine y sont toujours… mais pour combien de temps ? Ils sont trop âgés pour rester là, le Ministère de l’Education Nationale doit leur trouver une nouvelle place.   J’espérais que Nazrine resterait à Bilqay et s’occuperait des petits enfants de l’internat  mais il semblerait que ce beau projet ne se fasse pas… En attendant, elle joue au basket ball dans l’équipe de l’internat.  
 

Pour le toujours très aimable Djehoun (hydrocéphale) cela semble plus ennuyeux… j’en saurai plus la prochaine fois ?

Sacha et Julia (anciennes de Mardakan) sont toujours là, je les ai connues vraiment petites, elles deviennent de belles jeunes filles. Quelle est leur avenir ?

J’aimerais bien qu’elles puissent rejoindre leur sœur Leyla (mais où est-elle ?) et leur frère Slavish qui lui se trouve à Bouzovena…

J’ai apporté des vêtements, pour tous les âges ,  comme à chaque fois…

De même à Mardakan N° 3,   les enfants sont toujours contents de recevoir des pommes et des gâteaux,  je ressors de là toujours triste..

Il y a tant à faire…  les faire jouer, les promener… comme je faisais autrefois lorsque je résidais à Baku… certains ont quatre, cinq ans.

Les plus grands (15 à 18 ans)  étaient assis  dans la cour, il y a maintenant des chaises roulantes pour ceux qui en ont besoin.  Il faisait beau.

Bouzovena :   La Directrice m’accueille toujours aussi gentiment mais elle ne me présente pas toujours ceux que je voudrais voir… et lorsqu’ils ne sont plus là… je n’arrive pas à savoir où ils sont… (anciens de Mardakan).

Je ne demande plus à les sortir…cela a l’air très compliqué.  On peut comprendre aussi qu’une fois dehors, ils n’aient pas envie de rentrer…

J’ai rencontré tous les autres comme toujours, Gulshan qui attendait son deuxième bébé mais n’avait pas d’argent pour payer l’accouchement… Seyran, son mari,   qui est prof de danse, n’a pas assez de travail…

Fatma, elle avait son second garçon. Tout allait bien.

Et les autres, anciens de l’école de danse avaient tous du travail  et des horaires qui ne me permettaient pas toujours de les rencontrer.
 

Fin des voyages pour 2014….   
 

 




 

 

 


Dans nos blogs