}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par Françoise Daganaud

COMPTE RENDU VOYAGE A BAKOU MARS 2016



Une belle histoire…


Nazrine – 23ans

Je l’ai rencontrée à Mardakan N°3, un internat pour les

enfants handicapés mentaux -à l’âge de 7 ans. Elle avait une

affreuse plaie à la place de l’œil droit qui suintait, les oreilles

qui « puaient »… Elle s’occupait des plus petits qu’elle… dans

les tâches que les surveillantes ne voulaient pas faire… Bref,

je l’ai emmenée à Necker pour lui faire faire une paupière,

mettre une prothèse… la soigner. La blessure était

profonde… blessée par qui ? par quoi ?... elle ne le sait pas ?

ne veut pas le dire ? A son retour à Bakou, je décidais de ne

pas la ramener dans cet Internat mais de la mettre dans un

internat à Bilqay où se trouvaient à la fois des enfants

normaux et handicapés.

A chacun de mes voyages, je vais lui rendre visite à Bilqay et

cette fois-ci : Oh ! surprise , la Directrice m’annonce que

Nazrine est sortie de l’Internat ! La Première Dame (Madame

ALIYEVA, femme du Président de la République) s’occupant

des enfants orphelins demandait aux Directrices (eurs)

d’Internats de transférer les jeunes gens qui pouvaient vivre

seuls dans des petits studios tout aménagés dans des

immeubles dans la banlieue de Bakou. Ce fut le cas pour

Fizouli mais aussi pour Nazrine.

Je lui ai donc rendu visite : elle est femme de ménage dans la

boutique au pied de son immeuble et surprise ! : elle a

rencontré un jeune homme , comme elle : orphelin et venant

d’un internat du sud de l’Azerbaidjan.

Ils devraient se marier

Quelle belle surprise ! un rêve ! Nazrine , la petite jeune fille

sauvage apprivoisée ?

 

MARDAKAN N° 3

Cette fois-ci, je fus très surveillée, accompagnée d’une dame

pas prête à me laisser aller n’importe où (comme j’ai

l’habitude) ; la visite fut donc très raccourcie ; j’ai quand

même pu faire mes distributions de pommes et gâteaux secs,

donné des vêtements (que l’on me donne en France – merci à

toutes ces femmes généreuses). J’étais accompagnée par

Gulshan, une de « mes filles » qui me sert d’interprète depuis

qu’elle est toute petite. (elle est mariée et a deux adorables

petites filles, je l’avais trouvée chez « les enfants des rues »il

y a 18 ans).

BILQAY

L’on m’a donné l’adresse de Nazrine… A noter que l’on n’est

pas toujours prêt à me fournir les adresses des enfants ou

jeunes gens qui ont quitté l’établissement…(Chère petite

Natava : tu es où ? Dirgham ? )

Quant à Djehoun, (hydrocéphale) il a 22 ans et pour l’instant,

il reste dans cet internat. Il est vrai qu’il aime chanter, qu’il a

une belle voix pour les chants traditionnels azéris et il fait son

spectacle lors des fêtes !

Vu aussi Julia et Sacha, deux sœurs (14 et 18 ans, je les ai

connues dans une crèche pour orphelins, la plus jeune avait

un an…) que je voudrais bien réunir à leur frère et leur autre

sœur qui se trouvent enfermés à Bouzovena….

BOUZOVENA

La Directrice ne m’a pas autorisée à rentrer dans

l’établissement, j’ai quand-même réussi à voir Lena et

Slavitch (frère et sœur de Julia et Sacha) dans la cour tout

près du portail…

Toujours pas de nouvelles de Donia Mali (ancien danseur) Il

serait en Georgie, seul et malade. Pauvre jeune homme.

J’ai réuni quelques-uns des ex-danseurs de l’école de danse.

Deux sont professeurs , l’un a même sa troupe, un autre a eu

moins de chance, après son service militaire, il est devenu

électricien et travaille beaucoup.

Gulnara (ex de Mardakan puis d’Armedli) travaillait dans un

restaurant qui a fermé : elle cherche du travail… j’essaie de

l’aider (elle avait été mariée à 18 ans , elle a deux filles mais la

belle-mère l’a chassée de la maison … )

Je ne reprends plus d’enfants ou de jeunes gens en France

pour les vacances : les visas, les démarches administratives …

tout est trop difficile à obtenir.

Prochain voyage en septembre !


Dans nos blogs