}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par Françoise Daganaud

DERNIER VOYAGE DE L’ANNEE 2009 A BAKOU…



L’école de danse et de chorégraphie à Bakou….


Elle fêtait ses 80 ans. J’avais Nourlan et Gulshan sur scène…C’est fou ce que j’avais le trac !

Tout s’est très bien passé.


Nourlan ? c’est sa dernière année d’école de danse et de classique ; il veut aller en Italie pour continuer à apprendre, voir autre chose…. Lorsque je retournerai à Bakou fin février, j’irai au Consulat d’Italie pour voir ce que l’on peut faire. Un représentant d’une Association Italienne était sur la scène de l’Opéra et nous a présenté un jeune danseur qui revenait de faire un stage… Pourquoi pas la même chose pour Nourlan ?

Gulshan ?... Première fois qu’elle dansait sur la scène de l’Opéra à Bakou (en France, elle faisait partie des gamins qui chaque été venaient chez moi depuis 2001 et montaient sur scène soit à Paris soit en province). Comme déjà écrit, la danse n’est pas son avenir… Elle a encore 2010 à étudier à l’école de danse puis elle se lancera dans la coiffure…

Donia … grand garçon d’origine géorgienne qui me pose problèmes…. Pas très bon danseur, élève moyen… que va-t-il faire ? Pour l’instant il cherche son bulletin de naissance et autres documents pour avoir une vraie nationalité et se trouve toujours à l’école de danse. Il voulait rentrer en faculté mais sans papiers et un niveau d’instruction pas très élevé : impossible. A revoir en février.

Fatma, la jeune mariée… suit les cours de danse pour sa dernière année. Je lui ai trouvé une école internationale pour qu’elle soit professeur de danse pour de jeunes enfants.

Nous nous sommes renseignées sur des cours pour remise à niveau en math. physique, biologie et chimie car elle pensait rentrer en faculté de médecine mais le grand professeur rencontré nous a complètement découragées. C’est vrai que de passer de la danse à la médecine… cela peut surprendre !

Seyran, lui aussi en janvier donnera des cours de danse dans une école internationale. Il danse aussi dans une troupe.

Mardakan N° 3(internat pour handicapés)

Gulshan et moi avons distribué les chocolats et gâteaux lors du repas de la centaine de gamins présents. J’ y ai rencontré une personne azerbaidjanaise qui travaille pour « International Women-s Club of Baku » . L’on doit se revoir en février pour le sort des jeunes filles de 18 ans à la sortie des orphelinats. Mon éternel problème. Il faudrait que j’aille en province pour les retrouver ?

Bilqay N° 11

Distribution de vêtements

J’ai enfin les certificats de naissance de Djehoun et Nazrine ; j’ai l’intention de les faire venir en vacances en France comme d’habitude ( mais j’ai échoué en 2009). Pour Nazrine, il n’y a pas de parents de marquer sur ledit certificat mais il n’en est pas de même pour Djehoun… Où sont les parents ?

Il sort de Baby house (enfants abandonnés) l’on va me demander l’autorisation de sortie signée des parents… Je vais les trouver où ??? pauvre Djehoun, restera-t-il tout l’été dans l’internat ?

A St Cloud, c’est plus calme, il se « requinque » car il faut bien avouer que les internats sont des petits mondes de brutes…

Natava (16 ans) fait de la tapisserie (elle qui ne faisait rien, qui ne sait ni lire, ni écrire) c’est une bonne nouvelle. On pourra peut-être lui trouver du travail. Elle fait aussi depuis peu de l’haltérophilie !... j’espère qu’elle ne finira pas complètement déformée.

Léna : même âge, fait aussi de la tapisserie, de la couture et du tricot. Ouf… je pourrai peut-être lui trouver du travail à la sortie de l’internat ? Elle aussi ne sait ni lire ni écrire. Elle a ses deux petites sœurs (Julia et Sacha – auparavant comme elle à Mardakan-) à s’occuper. J’espère qu’elles arriveront à apprendre à lire et à écrire car je les ai trouvées en tenue d’écolière derrière un pupitre avec un professeur… mais on savait que je venais…

Djehoun, tout heureux de me voir. Lui aussi essaie d’apprendre à lire et à écrire … Il semblait en bonne santé (rappel : il est hydrocéphale)

Nazrine : m’a montré qu’elle faisait de la tapisserie et de la couture ; elle sait lire et écrire mais comme elle n’a commencé qu’à 12 ans et que les professeurs travaillent un peu en dilettante, elle ne sera pas « au top » à la sortie de l’école (elle ne les fait pas du tout mais elle vient de fêter ses 18 ans… enfin c’est nous qui lui avons souhaités car elle ne savait même pas sa date de naissance.)

Axmedli n° 3

Un bonjour aux Directrices, distribution de vêtements. Vu une ribambelle de petits de 3 à 6 ans (certains sont les enfants de personnes emprisonnées ; moins d’enfants abandonnés ). Pas vu de grandes filles.

Baby House à Bakou

Distribution de vêtements, l’on me reçoit dans l’entrée.


La jeune femme qui voulait se faire avorter après échographie si c’était une fille (lors de mon séjour en septembre)… J’ai pris des nouvelles : « Pour toi, j’ai gardé l’enfant, j’accouche en février ». Ne pas penser que je veuille adopter le bébé !.... simplement elle me rend responsable de la naissance de l’enfant et donc… si c’est une fille ou si le bébé tombe malade, on saura bien me dire que je dois payer car c’est à cause de moi qu’elle en est là !

J’ai appris qu’en ce moment en Azerbaidjan, il y a 60 % de naissance de garçons et 40 % de filles. Il semblerait que le gouvernement veuille interdire l’échographie…


En attendant je continue de peindre l’Afrique en espérant trouver des endroits pour exposer et surtout : vendre ! (au profit des gamins dont je m’occupe)


Dans nos blogs