}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par marie riehl

Présentation...



de mon parcours artistique


Présentation...
Je suis née à Arcachon, j'ai grandi au bord du Bassin où j'ai passé mes vingt-cinq premières années avant de venir m'installer près de Bordeaux dans la forêt de Martignas.

Le collage...

En 1912, Pablo Picasso en réalisant "La Nature Morte à la Chaise Cannée" représente un geste artistique révolutionnaire.

Il a incorporé à la surface du tableau un morceau de toile cirée imitant le cannage d'une chaise. Ce n'est pas une solution de facilité. La toile cirée avec son motif en trompe-l'oeil renvoie à la réalité même du tableau.

Le collage est un procédé riche en possibilités, dont "Dada" et le Surréalisme feront un usage subversif et visionnaire.
dada et dadaïsme

Le "papier collé" est une technique privilégiée du cubisme, consistant à découper des morceaux de papier et à les coller ou les épingler sur du papier.

Picasso et Georges Braque, inventeurs du "papier collé" (vers 1912) utilisent cette technique pour ancrer leurs oeuvres dans la réalité, au moment où le cubisme devient de plus en plus hermétique à déchiffrer (morceaux de journaux, paquets de tabac sont des fragments de réels insérés tels quels dans la composition).

Le "papier collé" se distingue du collage par l'homogénéité des matériaux. Le collage recourt à des matériaux hétérogènes pour créer une discordance, un décalage résolument subversif.


Une variante du "papier collé" est le papier découpé, inventé et employé par Henri Matisse (papiers peints à la gouache, découpés puis répartis sur un suppport).
L'artiste dit "découper à vif dans la couleur".

Présentation...
Je crée mes collages à partir d'éléments de papier choisis, découpés, déchirés dans des revues, des magazines. C'est en feuilletant les pages, que, bien au-delà de ce que représentaient les photos, s'élaborent des histoires, des personnages, des nuances. Vient peu à peu l'interprétation des perceptions.

Le collage porte en lui le temps de façon intrinsèque, il en est même son essence. La notion de temps est présente dans tout le mode opératoire.

Le déchirage aléatoire du papier, le côté irrégulier des bordures, concourent à l'aspect indéterminé, voire imprévisible du résultat. Plus que tout, c'est la multiplication et la juxtaposition de ces petits morceaux de papier qui donnent à cet ensemble, à cette construction, sa qualité intemporelle.
Les bandes et morceaux de papier déchirés, coupés à vif, apportent la force et la puissance au collage. C'est le côté épuré, non fignolé, un effet « brut » et inachevé des déchirures, qui donne la modernité au tableau et lui confère une âme.

Dans le collage, il y a le concept de recyclage.
Dans la nature, il existe « naturellement » ce principe de recyclage... l'idée des cycles successifs générant et perpétuant la vie. C'est à travers la métaphore de ce processus, de ce mouvement, que s'organise ma démarche artistique, comme une sorte d'élan vital.

impermanence
impermanence
Impermanence

Le concept bouddhique de l' « impermanence » confère une dimension philosophique aux événements de la vie, à l'inconstance du monde, au caractère éphémère de la vie ; la perception de ces réalités est appelée au Japon « méditation de l'impermanence ».


« L'orgueilleux, certes, ne dure, tout juste pareil au songe d'une nuit de printemps. L'homme valeureux de même finit par s'écrouler ni plus ni moins que poussière du vent. »
(Heike Monogatari)

Dans nos blogs