}
azurelite pro création site internet nice
Rédigé par Françoise Daganaud

Quelques photos du dernier voyage à Bakou en septembre





de gauche à droite  de  Nazrine, Natava, Jehun, julia, sacha et Lena à Bilqay - 11 sept.2010
de gauche à droite de Nazrine, Natava, Jehun, julia, sacha et Lena à Bilqay - 11 sept.2010
L’ETE A PARIS :
Trois des filles de l’école de danse et de chorégraphie sont venues chez moi sans difficultés !
Jehun et Nazrine n’ont toujours pas pu venir pour la seconde année à cause des passeports périmés que je n’ai pas pu faire faire par toutes ces dames azéries qui veulent bien s’en occuper mais malheureusement la bonne volonté ne dure pas longtemps ! La prochaine fois je m’en occupe dès janvier. Il est important que Nazrine vienne car je dois la faire voir à un ORL pour ses oreilles. On parlait d’intervention chirurgicale…. J’espère que des antibiotiques feront l’affaire.
Deux de « mes » filles ont suivi comme toujours les cours au Centre de danse à Pantin, la 3 ème qui est maintenant professeur de danse en Turquie avait à préparer le spectacle de fin d’année de l’école où elle enseigne avant de venir à Paris. Nous avons vu le DVD et étions ravis de voir ses élèves de 6-7 ans et plus danser sur sa chorégraphie ! elle même dansant aussi à la fin du spectacle. Elle s’est quand-même rendue au Centre de danse à Pantin pour choisir les prochaines musiques de ses nouvelles créations. Elle doit aller à la rentrée en faculté en Turquie pour suivre des cours de pédagogie, le soir en plus de son travail.
Vraiment, c’est une fille courageuse et je suis très fière de ce qu’elle est devenue ! Pour en revenir aux vacances, elles ont largement profité de Paris et leurs quartiers favoris ! des spectacles de danse, du cinéma….

Gulshan et Nazrine
Gulshan et Nazrine
La rentrée de septembre 2010 :

Gulshan est la dernière à aller à l’école de danse et de chorégraphie de Bakou et cela sera sa dernière année. Il y avait très peu de fournitures à acheter… et dire que j’ai acheté autrefois
des centaines de livres et cahiers…
Quant aux fournitures concernant la danse, nous avions tout acheté à Paris.
La danse comme déjà écrit… ce n’est pas ce qui l’intéresse le plus. Elle était en internat dans cette école et cela la protégeait d’Umud Yéri , l’internat où je l’avais trouvée il y a 13 ans. Ceux qui y sont restés n’ont malheureusement pas fait d’études , ils vivotent et cherchent bien souvent du travail.
Gulshan qui avait fait un mois d’école de coiffure à Paris se tourne vers la coiffure à Bakou. Comme elle a moins d’heures de cours, elle peut faire un stage dans un salon de coiffure tout près de son école mais il faut payer ce stage…
Je vais le faire car je pense que si elle a un petit salon dans deux ans, elle pourra prendre Nazrine comme demoiselle à faire les shampooings et Jehun pour recevoir les clientes. On peut toujours espérer…

Fatma :
l’école de danse, c’est fini !
Que va-t-elle faire ? elle-aussi était à Umud Yéri. Elle pense avoir une place de professeur de danse… à suivre.

Nourlan : est serveur dans un restaurant en attendant son service militaire en octobre. Et la danse ?... il voulait aller dans une école en Italie mais nous n’avons trouvé aucune trace de ladite école… Le directeur du Centre Culturel français lui avait demandé de prendre contact avec lui pour un stage en France, il ne l’a jamais fait. Que fera-t-il après son service militaire ???

Donia-Mali : plus de nouvelles depuis la fin de ses études à l’école de danse de Bakou, pendant un certain temps, il était apatride… maintenant il est géorgien. Que fait-il en Georgie ?


Seyran : il est à Moscou. Que fait-il à Moscou ???


Jehun
Jehun
L’internat de Bilqay n° 11
Quelques fournitures pour Jehun, Nazrin, Sacha et Julia, distribution de vêtements :j’en ai apporté 60 kilos… merci à toutes les amies qui m’en ont donnés, elles ne peuvent pas imaginer comme les enfants étaient étonnés et ravis.
Que vont devenir Lena et Natava (elles venaient de Mardakan N° 3) J’ai laissé un numéro de téléphone pour qu’elles appellent mais pourront-elles le faire ? Je ferai l’intermédiaire entre Lena et ses sœurs restées à Bilqay et son frère (Slavik) enfermé à Bouzovna avec des débiles mentaux alors qu’il ne semblerait pas si handicapé que cela ??

Mardakan N° 3

En travaux !... cela ne semblait pas le plus urgent… on refait tout à l’intérieur comme à l’extérieur… mais pas encore la qualification du personnel..
Les enfants que j’ai connus tout petits et qui ont maintenant plus de 18 ans ont disparu de l’Internat… Quant à savoir où ils se trouvent ??
Je suis allée à Bouzovna, là, il y en avait quatre . Où sont passés les autres ?
D’après la Directrice, Habiba est partie dans sa famille mais ? elle n’a pas de famille ?? Où est-elle ?
D’autres :
J’ai réussi à regrouper autour d’une table Azad -qui vit à la campagne et travaille pour la météo azérie, il a 22 ans, est marié et doit être papa d’ un bébé de quelques jours au moment où j’écris- Fizuli
qui vit chez des copains et semblait ne plus avoir de travail,( il n’a qu’un bras) mais un autre de mes garçons Turan qui est peintre en bâtiment présent lors de ce déjeuner lui en a peut-être trouvé .
Nurlan dont j’ai déjà parlé était là aussi , content de revoir Azad qu’il n’avait pas vu depuis 7 ans.
(Azad a été adopté pendant ses études à l’école de danse qu’il a dû quitter car les parents adoptifs vivaient à la campagne)

Gulnara et ses deux petites filles : je n’aurais jamais imaginé qu’un jour , j’attendrais à la sortie de la petite école sa fille de 3 ans qui m’a aussitôt tenu la main … (Gulnara était par erreur à Mardakan).
La Directrice d’Axmedli (où avait été mise Gulnara mais aussi Aygun, Fizuli, etc…) est décédée le 27 août. Bien qu’ayant eu quelques différends avec cette femme, c’est quand-même grâce à elle que ces gamins ont pu se retrouver chez les « normaux » car elle en avait accepté le transfert.

Prochain voyage : décembre si le temps le permet.


Dans nos blogs | Qui sommes nous