}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par Françoise Daganaud

COMPTE RENDU VOYAGE A BAKOU AVRIL 2017






Arrivée mardi 11 avril à Bakou, le plus ancien de « mes » enfants m’attendait à l’aéroport accompagné de Gulshan et leurs deux petites filles.
Le lendemain, passage au « yashil bazar », marché aux fruits et légumes pour approvisionner Mardakan N° 3 le temps de ma visite puis dans une « Superette » pour les gâteaux.


Mardakan N° 3 :
Distribution de vêtements… MERCI  aux amies françaises !
Visite dans toutes les salles et couloirs… du plus petits aux plus grands des enfants handicapés…  moment très douloureux pour Gulshan et moi (j’ai habitué les enfants dont je me suis occupée lorsqu’ils avait 13, 14 ans à m’accompagner pour la distribution de fruits et gâteaux. Les filles ont bien compris… depuis qu’elles sont mamans,  elles donnent les vêtements de leurs enfants à ceux qui en ont besoin).
Depuis plusieurs années on sélectionne mieux … entre les enfants  qui sont handicapés physiquement et ceux qui ont beaucoup plus de problèmes.  Je ne vois plus d’enfants à transférer dans un autre orphelinat pour enfants normaux ou légèrement handicapés.
Bouzovena :   cette fois-ci , je n’ai pas vu la Directrice qui était absente  mais l’on m’a très bien reçue. J’ai pu voir Léna et son frère Slavitch ;  pas les autres  mais peut-être ne sont-ils plus là ? je n’arrive jamais à les rencontrer et l’on ne me dit jamais où ils sont.   Ils seraient certainement très heureux de se remémorer  les sorties que nous faisions du temps où j’habitais Bakou.
J’aurais aimé voir la Directrice pour lui parler de Léna et Slavitch, je pense qu’ils peuvent sortir de cet endroit pour adultes handicapés et j’aimerais qu’ils soient réunis avec leurs deux autres sœurs (Sacha et Julia) qui elles sont dans un autre orphelinat (Bilqay).
Ce sera pour la prochaine fois. squels ses élèves et elle pourront proposer leur participation.


Bilqay :   Djehoun (hydrocéphale)  y est toujours , un des professeurs nous a dit (à Gulshan et moi, elle est ma fidèle traductrice : elle a appris le français à l’école de danse à Bakou  où je l’avais mise lorsqu’elle avait 6 ans… elle en a 25 !) que Djehoun serait transféré dans un autre internat… mais lequel ?   à revoir lors de mon prochain voyage. Il est très agréable à vivre (il est venu plusieurs fois en vacances en France, chez moi). Il est très souriant, chante le « Mogham » et toujours content mais terriblement maladroit, ce qui fait qu’il ne peut pas vivre seul comme cela a été le cas pour Nazrine.
De même, le professeur nous a parlé d’ un possible transfert à Bouzovena de Sacha et Julia… mais ? elles ne sont pas handicapées…  à revoir avec la Directrice.  Il faudrait réunir les quatre frère et sœurs - comme écrit plus haut.
Nazrine :  elle s’est mariée au mois d’août et   elle attend un bébé ! dans un hôpital à Bakou, j’ai pu assister à la première échographie  (beaucoup d’émotion)   et j’ai fait changer la prothèse de son œil que j’avais fait mettre à Paris ….il y a 15 ans …
L’association Umud Yeri accueille toujours de nouveaux enfants plus ou moins abandonnés, je n’y suis pas allée encore cette fois-ci…   peut-être un peu moins de courage pour m’en occuper sérieusement comme lorsque j’habitais Bakou, il y a ….20 ans.   De même Baby House .. mais il  faut avouer que je n’y suis jamais très bien reçue malgrè les vêtements que je leur apporte   lorsque mes amies m’en ont donné.  (merci à elles !)
Pas vu Fizouli mais revu Nourlan qui a du travail, Gulnara qui a elle aussi du travail  et qui s’occupe de ses deux filles (une grande victoire pour cette jeune femme que j’avais trouvée à Mardakan à l’âge de 10 ans, transférée dans un orphelinat, mariée à 18 ans sans son accord, divorcée….).

ET VOILA UN VOYAGE DE PLUS….  JE RETOURNERAI A BAKOU EN SEPTEMBRE POUR LA RENTREE DES CLASSES, LES ENFANTS AURONT BESOIN DE MOI !    QU’IL EST LOIN LE TEMPS OU J’ACHETAIS PRESQUE DEUX CENTS LIVRES POUR LES DOUZE PETITS ELEVES DE L’ECOLE DE DANSE ET DE CHOREGRAPHIE….  
Aynura pour l’école de danse , est la plus belle réussite dans le milieu de la danse puisqu’elle est Directrice d’une école de danse en Turquie et qu’elle a son diplôme de Professeur de danse… Pour l’année prochaine, nous allons  chercher sur Internet  des Festivals en France pour le


Dans nos blogs