}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par delphine riehl

felix, tu me fais tourner la tête...




'Laissez-moi vous dire que quand on est au sommet du monde, a-t-il expliqué lors de la conférence de presse, on est si humble qu’on ne pense plus à battre des records, on ne pense pas aux données scientifiques, la seule chose que l’on souhaite, c’est rentrer vivant parce qu’on ne veut pas mourir devant ses parents, sa petite amie et tous les gens qui regardent. C’est bien plus difficile que tout ce que j’ai fait jusque là, et je crois que j’en ai fini.'

... dans les prochains livres d’histoire et de sciences, Felix Baumgartner aura sa place...


  • petit retour en arrière, dans la peau de Felix...

Le décollage
La capsule du Red Bull Stratos a décollé à 9h31 heure locale, dès que l’ensemble a été séparé de ce qui le reliait au sol, se fût déjà une grande satisfaction pour les équipes au sol.

S’en suivront 2h15 de montée à un rythme assez soutenu avec quelques problèmes techniques comme un problème d’alimentation dans son casque qui était alors rempli de buée.
A savoir que la température extérieure avoisinait les -60°C !

La montée
Puis, tout s’est rétabli, Felix devait sauter à 36 000 mètres d’altitude et a finalement atteint les 39 045 mètres grâce à un ballon rempli d’hélium, nous nous demandions quand est-ce que sa montée allait s’arrêter ! Une multitude de vérifications et de réglages ont eu lieu quelques minutes avant le grand saut, puis la porte s’est ouverte. Grâce au direct, nous avons pu voir un ciel bleu magnifique avec la terre à 39 km en-dessous…

Felix a alors eu cette pensée...'J’ai l’impression que des milliers de gens ont les yeux rivés sur moi, si seulement ils pouvaient voir ce que je vois, c’est génial !'.



Le grand saut
'fearless felix'...
Il s’est alors mis sur le rebord de la capsule, a salué toutes les personnes du Mission Control d’un geste militaire et a sauté avec beaucoup de sang froid.

Le monde s’est alors arrêté de respirer ! Nous l’avons tous vu partir en vrille, il était bousculé dans tous les sens alors qu’il prenait énormément de vitesse.

Le nouveau recordman a dit en conférence de presse... 'La sortie a été parfaite et j’ai commencé à tournoyer lentement et je pensais que ça serait tout, mais je prenais de la vitesse et là ça a été vraiment brutal et je pense avoir perdu connaissance quelques secondes. J’ai alors franchi le mur du son, je m’attendais à vivre un bang supersonique mais j’étais tellement préoccupé à me stabiliser… l’expérience a été vraiment plus difficile que ce que je pensais'.

Il a atteint la vitesse officielle de 1 342,8 km/h. L’aventurier a même déclaré vouloir ouvrir son parachute de secours pendant qu’il était en train de tournoyer mais il n’y aurait pas eu de record, son envie a été plus forte et ça a marché.


Felix Baumgartner a confié qu'il était difficile de décrire la sensation de voyager plus vite que le son parce qu'on ne ressent rien. Sans point de référence', a-t-il ajouté, on ignore à quelle vitesse on se déplace.'l[


L’atterrissage
Puis la suite de la chute libre a suivi son cours, au total 4 minute 19 avant que le parachute ne s’ouvre.
Les équipes du Red Bull Stratos se demandaient si Felix était conscient au moment de l’ouverture mais il a commencé à manœuvrer, ce qui a prouvé que l’autrichien était en pleine possession de ses moyens.

Il a atterri sans encombres, tel un héros sur le sol du Nouveau-Mexique avant qu’une horde de photographe le rejoigne en compagnie du directeur du projet Art Thompson.

Felix s’est alors jeté à genoux au sol et à soulevé les bras en l’air.
Cette image restera gravée tout comme celle du saut et de sa chute libre.


la mission en image...


... c’est un moment historique que nous avons vécu en ce 14 octobre 2012.

bravo !!!
... c’est ainsi exactement 65 ans après que Chuck Yeager ai franchi le mur du son en avion que l’autrichien l’a lui-même franchi avec son corps...


vrai ou faux...
Il était, semblerait-il, à moins de 1% près du vide total lorsqu'il a plongé dans le vide presque absolu à partir de sa capsule.
Le vide ne transmet pas d'ondes sonores ni freine les objets attirés par la terre.
Il a donc accéléré, accéléré pratiquement sans aucune opposition jusqu'à 1.342 km/h, trente secondes plus tard avant qu'il ralentisse bien en dessous du mur du son vers 30,000 pieds où c'est là qu'il aurait dû atteindre cette vitesse nécessaire pour fracasser le mur du son qu'il avait perdu parce que freiné par une beaucoup plus forte densité de l'air à cette altitude.



ils ont dit...
Le quotidien populaire Kronen-Zeitung consacrait sept pages, dont sa 'une', à l'événement, fécilitant Baumgatner pour être 'entré dans les livres d'histoire à la vitesse du son'.
Pour le journal gratuit Heute, l'enfant du pays est même désormais 'l'homme du siècle' après avoir été le premier à franchir le mur du son en chute libre... 'c'est ainsi qu'on devient immortel', ajoute-t-il.
L'autre quotidien populaire, Österreich, donnait dans le même registre avec son gros titre 'Saut dans l'éternité'.

Felix Baumgartner était conscient du caractère historique du moment et a posté sur Twitter (ou plutôt a fait poster) ces mots... 'Monde, tu es fantastique', suivi de 'et maintenant je rentre à la maison' avant de s'élancer... juste professionnel !



notes d'humour...
cet exploit, loin de passer inaperçu, a non seulement défrayer la chronique mais nombreux se sont pris au jeu de la dérision...

pour l'anecdote... ils lui ont lancé un autre défi !!! ;-)


Dans nos blogs