Enfants d'Azerbaïdjan


Françoise Daganaud : histoire d'amour avec les enfants azerbaïdjanais
1vote

2013

Objectif : avoir les visas pour Djehoun et Nazrine , les deux jeunes gens de

l’internat Bilqay N° 11 petit rappel : anciens de l’internat de Mardakan N°3)


COMPTE RENDU VOYAGE EN AZERBAIDJAN   juin 2013 et le voyage de Djehoun  et Nazrine en FRANCE en juillet 2013
Bien qu’ayant fourni les papiers nécessaires, c’est toujours un souci pour avoir
 
les visas…  je m’y prends début mars…  mais il y a toujours une attestation qui 
 
met du temps à arriver jusqu’à moi…    La prochaine fois j’irai  moi-même dans 
 
les Ministères !
 
Le 2 juillet mon mari et moi les attendions à Roissy , c’est toujours un grand 
 
bonheur de les avoir à la maison et de les emmener un peu partout dans Paris  
 
jusqu’à Oléron  où nous sommes restés plusieurs jours , en passant par le Zoo 
 
de La Palmyre (photo ci-jointe), la fête foraine rue de Rivoli , la mer et le minigolf à St Trojan (photo ci-jointe)  mon atelier de peinture à Fontenay sous Bois,   
 
rendre visite à nos amis près de Poitiers qui, il y a  10 ans,  ont adopté un petit 
 
azerbaidjanais du nom d’Ali…  qui a maintenant 11 ans et qui est très heureux. 
 
De même les parents.   C’est un grand bonheur.
Rédigé par Françoise Daganaud le Lundi 12 Août 2013 à 23:01 | Commentaires (0)
2votes

2013

A mon arrivée, m’attendaient Guslhan et sa petite fille d’un an - Ayline- et un nouveau chauffeur (je les collectionne ces messieurs : ils trouvent toujours que je « bouge » beaucoup trop !)


COMPTE RENDU VOYAGE EN AZERBAIDJAN MARS 2013
( petit rappel : Gulshan , je l’avais rencontrée à Umud Yeri – enfants des rues - et mise à l’école de danse et de chorégraphie à Baku pendant 13 ans – en internat , hélas, elle n’a pas poursuivi et la danse, et ses études préférant fonder une famille - celle qu’elle n’a jamais eu ? J’espère qu’elle pourra
travailler dès que sa petite fille ira à l’école car elle peut être coiffeuse, couturière… étant très douée de ses mains ) .
 
La Directrice de l’école de danse veut l’embaucher comme surveillante mais elle ne gagnerait que 70 manats par mois… pas possible de vivre avec cette
somme. (70 manats = 70 euros env.)
 
Pour en revenir au but de mon voyage : m’occuper de Nazrine de l’internat N° 11 de Bilqay, après avoir soigné les dents, il faut donc s’occuper des oreilles de cette maintenant jeune fille (je l’ai connue lorsqu’elle avait 6 ans) . Par un ami hollandais qui vit à Baku depuis longtemps, j’ai rencontré un médecin qui m’a fait connaître un ORL et Oh ! bonheur, il peut s’occuper de Nazrin. Pour l’instant , il la soigne par antibiotique pendant plusieurs mois avant de voir s’il est possible de lui faire cette fameuse greffe de tympan que certains ORL français trouvaient qu’il était nécessaire de faire .
 
Je suis rassurée car il est toujours très délicat de faire faire des opérations de gamins étrangers en France. Je n’ai jamais été très à l’aise pendant les heures d’opération (j’ai fait opérer le jeune hydrocéphale à Rennes, il y a maintenant 9 ans : il va bien et comme je vous l’ai bien souvent écrit, il irait encore mieux s’il avait voulu porter des lunettes).
 
J’ai donné les vêtements à Bilqay , les enfants les ont-ils portés ?
 
Mardakan : distributions de gâteaux ( aux enfants tous handicapés ) ; j’ai rencontré une surveillante que je n’avais pas vue depuis longtemps et comme j’avais emporté les photos des enfants du temps où j’habitais à Bakou (1996 à 2000), elle a pu me donner quelques rares nouvelles (surtout des morts…les autres ? en Internat mais où ? ou dans leurs familles mais où ? Ah ? ils ont une famille ? )
 
A mon arrivée à Roissy au retour, j’ai rencontré une jeune femme azerbaidjanaise ancienne journaliste qui connait le journaliste qui doit enregistrer mon histoire d’enfants et la faire passer à la télévision.. J’espère ainsi avoir des nouvelles de tous ces enfants, maintenant des jeunes gens éparpillés dans tout le pays. Par exemple : les jeunes filles sorties ou encore dans les internats. Je pense aussi à Natava, Dirgam et à son frère très handicapé, Zardisha, Leyna et à son frére …
 
Le nouveau chauffeur s’est tellement perdu dans les rues de Bouzovna que nous n’avons pas pu aller visiter les jeunes gens de l’Internat car nous avons été appelés toute affaire cessante à l’hôpital pour le rendez-vous de Nazrin. C’était jour ferié et l’ORL s’était déplacé exprès pour nous… il fallait être à l’heure.
 
J’ai revu Nourlan, ancien danseur – même parcours que Gulshan - . Il a fini son service militaire ,et hélas plus question de danse après 16 mois de service. Il a donc trouvé un emploi d’électricien . Ce qui n’est pas trop mal étant donné le nombre d’immeubles en construction à Baku et ses environs.
 
Seyran est toujours prof de danse. Donia Mali , Aynour aussi. Fatma s’occupe en « région » (à la campagne) de son bébé et s’ennuie beaucoup, j’insiste pour qu’elle donne des cours de danse et ne dépende pas de son mari.
 
Gulnara a deux petites filles adorables mais sa belle famille boude un peu car elle n’a pas de garçon…
 
Et maintenant, j’essaie d’avoir les documents me permettant de faire sortir et venir en France - comme chaque année, pendant l’été - Jehyun et Nazrine. Si je n’arrive pas à les avoir d’ici mi-mai, je me rendrai à Bakou pour les obtenir.
 
Je ne suis pas toujours très bien secondée ! et je n’ai pas encore trouvé de solution pour leur avenir à la sortie de l’orphelinat…
 
Araz danse à Bakou et se déplace à l’étranger. Il a créé sa propre troupe de danse : tout va bien pour lui. Je ne me fais pas de soucis.

 
le Samedi 20 Avril 2013 à 11:49 | Commentaires (0)
5votes

2012

A l’arrivée de l’avion à Bakou, les enfants m’attendaient : Comme toujours, il y avait Seyran (qui me sert de chauffeur lorsqu’il ne donne pas de cours de danse dans la journée), Gulshan et leur bébé mais aussi oh ! surprise un « ex » de l’école de danse et de chorégraphie : Donia Mali (qui a maintenant la nationalité géorgienne,- il a été très longtemps apatride -… ) revenu de Turquie pour chercher du travail en Azerbaidjan. Que va-t-il faire ?? Le lendemain, visite à Mardakan (internat n° 3) et toujours distribution de fruits et gâteaux, vêtements… Donia Mali était avec moi. Il m’a aidée à distribuer. C’est toujours difficile de m’accompagner dans cet endroit et l’on en repart toujours très triste. La nouvelle Directrice est jeune et sympathique. C’est déjà pas mal.

Visite à Bouzovna : distribution de quelques vêtements, j’ai bien revu des enfants qui étaient auparavant à Mardakan mais pas ceux que je connaissais, ils seraient transférés assez loin en province. J’irai les voir en mars. Je pense que l’on n’a pas trop envie que je les retrouve… Bilqay N° 11 : Jehyun et Nazrine ont presque terminé leurs séances chez le jeune et charmant dentiste azerbaidjanais, il y a eu de l’arrachage… il resterait quelques couronnes à mettre en place, cela sera pour plus tard. La Directrice est hospitalisée… et me voici inquiète , certes j’ai eu quelques soucis avec cette femme mais qui la remplacera ?? Les enfants étaient tous en classe.

Je n’ai pas pu avoir de nouvelles de Natava que l’on a mariée cette année… Armedli n° 3, petite visite à la Directrice, c’était l’heure de déjeuner pour les enfants… rien à signaler. Rendez-vous à l’hôpital avec Fatma (ancienne danseuse de l’école de danse et de chorégraphie) : son bébé était malade… je n’ai pas réussi à savoir ce qu’il avait (mis à part qu’il ne supportait pas ce qu’on lui donnait dans le biberon ) il a fini en neurologie ? et y est resté pendant 3 semaines. A voir lors de ma prochaine visite. J’ai été très gentiment reçu à l’Ambassade de France par Monsieur l’Ambassadeur et lors de la réception succédant au rendez-vous , j’ai eu l’occasion de parler avec des personnes qui m’ont parlées de micro-crédit possible à Bakou…

Il faut que je me penche sur la question pour trouver un emploi à tous ces jeunes qui sont sortis soit de l’école de danse soit d’Umud Yéri (internat pour enfants des rues). Il faut trouver des solutions très vite car à Bakou, on ne connaît pas l’assurance chômage, maladie…. Etc… Et j’ai le sort de Nazrine qui me préoccupe beaucoup, non seulement quant à son avenir (où vont-ils la mettre après Bilqay ?) mais aussi je dois trouver des fonds pour son opération en été l’année prochaine (greffe de tympan). Quant à Jehyun, que va-t-il se passer pour ce jeune hydrocéphale (très intelligent, aimable) , où va-t-on le mettre? L’enfermer lui-aussi à vie ?
le Samedi 29 Décembre 2012 à 12:56 | Commentaires (0)
1vote

2012

Ayant eu les documents à la dernière minute (livret militaire et
passeport de DJehyun - qui je le rappelle - , est hydrocéphale ce
qui est quand-même très important pour faire un Service Militaire….)
ayant enfin lesdits documents, je pouvais faire les certificats
d’hébergement (de Nazrine et Djehyun qui ont maintenant 18 et 20
ans).


COMPTE-RENDU JUILLET 2012 – VOYAGE A BAKOU ET SEJOUR DES ENFANTS A PARIS
Je partais en urgence à Bakou espérant enfin pouvoir les ramener
cette année en France. Visas, autorisation du Ministre de l’Education
Nationale de Bakou, ouf , tout cela à 18 h 30 le 18 juillet ! ( nous
partions le lendemain à 7 heures du matin (je devais aller les
chercher dans leur internat à 4 heures )…
Bref, nous prenions l’avion, vous me direz pourquoi tant d’affolement
de ma part, c’est que je devais les emmener chez l’Orl (pour Nazrine
qui va devenir sourde) chez le dentiste pour Nazrine et Djehyun
(bilan : 12 dents à soigner très vites, chez l’une et 10 chez l’autre –
enfin sur les dents qui lui restent…
Et j’ai quand-même de fortes raisons pour m’inquièter, Nazrine n’a
plus qu’un œil (voir les premiers comptes-rendus) , l’autre est une
prothèse et ne plus entendre… quel avenir pour cette jeune fille ?

Je dois donc trouver d’ici l’année prochaine, d’abord à Bakou (j’y
retourne en septembre) un Orl qui peut faire l’opération (greffe de
tympan ?) ou un Orl à Paris qui se déplace à Bakou ou faire faire
l’opération à Paris ? Et comme il n’y a aucune assurance sociale :
trouver des fonds…. A Bakou surtout !
L’internat où ils se trouvent ne semble pas disposer à s’occuper
des problèmes de dents, les otites etc… bon, cela viendra bien
un jour pour l’instant on refait les façades et l’intérieur de tous les
orphelinats, on s’occupera certainement des enfants plus tard on ne
peut pas faire tout en même temps..
A noter que depuis cette année les dortoirs à Bilqay ont la
climatisation., L’été , à Bakou, il fait très très chaud.
Je ne dois pas être complétement négative.
Quant à Djehyun, en cette période de vacances : je n’ai pas pu
joindre le chirurgien qui avait fait l’opération en 2004 mais mon mari

et moi avons pu remarquer qu’il marchait très bien (il a fait avec nous
le zoo de Beauval et l’aquarium du Trocadéro et même Eurodisney !
), il est un peu raide et trébuche de temps en temps ( peut-être parce
que Monsieur n’a jamais voulu porter ses lunettes ?) mais il est la
bonne humeur même , un vrai plaisir de les entendre rire et discuter
longuement….

Comme je fais une exposition – comme chaque année, passage
Vivienne, Merci à Pierre, le Directeur de la Galerie – et que j’essaie
de vendre mes toiles moi-même jusqu’au 2 septembre, le séjour
devait se terminer le 05 août, dans les larmes bien sûr… « on
revient l’année prochaine n’est-ce-pas ? » .
L’avenir de Nazrine est donc plutôt sombre, je vais voir non
seulement pour l’opération … mais aussi avec la Directrice quels sont
les projets pour la suite de sa vie ????
En général , lorsqu’on ne les marie pas (parfois en direct à la télé) on
les transfère dans des internats loin de Bakou, en région comme on
dit là-bas…
Or, je ne supporte pas bien qu’à 20 ? 21 ans…. On soit
enfermé…pour toujours.
Nazrine pourrait très bien être dame de compagnie, s’occuper
d’enfants , aide ménagère… Elle est très intelligente. Je vais
demander à la Directrice qu’elle la garde dans l’établissement pour
s’occuper des plus petits ou des handicapés ..
.J’espère bien revoir Lena à la rentrée, elle est dans la tranche d’âge
des 20 ans et a été transféré à Gandja (4 heures de route de Bakou).
Est-ce définitif ?
Ses deux petites sœurs sont toujours à Bilqay N° 11 … à suivre.
Natava a été mariée, je vais essayer de voir où elle habite et si elle
est heureuse….
J’ai donc plein de choses à faire en septembre… je dois retourner
dans l’internat de Bouzovna, si les travaux sont terminés et qu’il n’y
a plus d’ épidémie de tuberculose, on me laissera peut-être revoir
les « anciens enfants » de Madakan N° 3 ?

ETC… je rentrerai le 11 septembre de Bakou.
Rédigé par Françoise Daganaud le Vendredi 17 Août 2012 à 17:21 | Commentaires (0)
1 2 3 4 5 » ... 12