}
association azurelite aide à l'utilisation des technologies de l’information et de la communication
Rédigé par delphine riehl

il est rentré de l'espace à pied



mission réussie !
Felix Baumgartner a effectué un saut en chute libre à une altitude sans précédent de plus de 39 000m et franchi le mur du son avant d'atterrir au Nouveau Mexique.


Nouveau-Mexique, 14 octobre 2012... 20:06

'sometimes you have to go up really high to understand how small you are...'

Felix Baumgartner s'est posé dimanche après un saut d'une altitude record de 39.045 mètres dans le ciel du Nouveau-Mexique (soit 3.000m de plus que l'objectif qu'il s'était fixé).

un saut, 3 records... un Exploit !!!
Lors de sa descente, qui a duré environ huit minutes, il a battu le record du monde de saut en chute libre détenu depuis 1960 par un ancien colonel de l'Armée de l'air américaine, Joe Kittinger (31.333m).

Felix Baumgartner est devenu le premier homme à franchir le mur du son en chute libre, selon une porte-parole de son équipe.
Baumgartner, 43 ans, a franchi le mur du son après quelques dizaines de secondes et a pu ensuite ouvrir son parachute après 4'19" de chute libre. Il a atteint une vitesse maximale de plus de 1.100 km/h, selon Sarah Anderson, une porte-parole de la mission Red Bull Stratos.

Baumgartner avait décollé à 09H30 (15H30 GMT) et son ascension a duré plus de deux heures et demie. Arrivé à l'altitude programmée, après une longue check-list, il s'est élancé à 20:06 dans le vide et a atteint sa vitesse maximale assez rapidement, après quelques dizaines de secondes.
Il a ensuite ouvert son parachute et s'est posé sans encombre, rapidement rejoint par des membres de son équipe en hélicoptère.

Altitude: 128,097 ft
Durée de la chute libre : 4:19
Durée du saut : 9:03
Vitesse max.: 1137 kmh (avec une pointe à 1.349,1 km/h)

Selon des chiffres officiels, il a atteint 1,24 fois la vitesse du son. Sa vitesse, révélée lors d'une conférence de presse quelques heures après ce saut inédit, était supérieure à ce qui avait été annoncé un peu plus tôt par la porte-parole.

qui est Felix Baumgartner ?

Felix Baumgartner est un habitué des défis depuis son adolescence et considèrait son saut depuis les confins de l'atmosphère comme son 'dernier objectif à atteindre'.

Avec les mots 'born to fly' ("né pour voler") tatoués sur son avant-bras, l'Autrichien de 43 ans espérait ajouter 3 records à son tableau de chasse :
  • le saut le plus haut en chute libre
  • le saut le plus rapide, et...
  • devenir le premier homme à franchir le mur du son hors d'un aéronef

'J'adore les défis et essayer de devenir la première personne à franchir le mur du son en chute libre est un défi sans équivalent', déclarait-il pendant sa préparation. 'C'est probablement la dernière chose qu'il me reste à accomplir'.

Felix Baumgartner est né le 20 avril 1969 dans la ville autrichienne de Salzbourg, non loin de la frontière allemande, et rêvait dès son plus jeune âge de sauter en parachute et de piloter des hélicoptères. 'J'ai toujours eu envie de liberté et toujours voulu voir le monde d'en haut. Même tout petit je grimpais déjà aux arbres. J'ai toujours voulu voler', dit-il. Il a réalisé son premier saut à l'âge de 16 ans, avant de rejoindre l'armée autrichienne et d'y perfectionner ses talents dans les forces spéciales.

'C'est dans l'air que je suis chez moi'

Passionné de parachutisme, de chute libre et de vol en tout genre depuis toujours...

Sa passion était tellement forte qu’il a attendu avec une vive impatience ses 16 ans, à cet âge il a eu l’autorisation du gouvernement autrichien pour effectuer son premier saut. Il s’est ensuite dirigé vers l’armée où ce sportif a pu se perfectionner. Le base jump devient également une nouvelle source d’inspiration dès la fin des années 80. Il effectue donc un saut assez périlleux depuis une tour ou un pont puis déplie son parachute avant de rejoindre la terre ferme. Face à ces exploits, Red Bull lui propose une collaboration et le sportif multiplie les prouesses.

Felix Baumgartner est un perfectionniste et il le revendique 'tout est une question de préparation, de travail. Je déteste quand on dit que je suis un casse-cou, un drogué à l’adrénaline, parce que c’est faux'. Ce sportif adore également planifier ses évènements, ses exploits.

L'aventurier s'est déjà élancé des quatre coins du monde, souvent de très haut mais parfois aussi... de très bas. En 1999, il était ainsi le premier homme à sauter depuis la main de la statue du Christ Rédempteur, à Rio de Janeiro au Brésil, à seulement 30 mètres du sol, ayant tout juste le temps d'ouvrir son parachute pour atterrir sain et sauf. Mais ses exploits les plus spectaculaires restent ses sauts depuis les plus hautes tours du monde: les Petronas Tower de Kuala Lumpur, en Malaisie (1999), et la Taipei 101 Tower à Taiwan (2004). En 2003, il a également réalisé la première traversée de la Manche en chute libre, en sautant d'un avion au-dessus de l'Angleterre et en rejoignant Calais accroché à deux ailes en carbone.

Il a enfin sauté depuis le plus haut pont du monde, le viaduc de Millau en France, qui culmine à 343 mètres au-dessus de la vallée du Tarn. Pour son saut aux confins de l'atmosphère, à 36.000 mètres d'altitude, Felix Baumgartner s'est entraîné pendant cinq ans et a déjà réalisé avec succès plusieurs sauts préparatoires, à 21.800 mètres et 29.600 mètres. "Je pense que tout est une question de préparation. Il faut faire ses devoirs, voilà tout. Je déteste que l'on m'appelle un amateur de sensations fortes ou un drogué de l'adrénaline, car je ne suis pas comme ça. J'aime que tout soit planifié", explique-t-il. Il partage aujourd'hui son temps entre la Suisse et les Etats-Unis.

Mais précise... 'C'est dans l'air que je suis chez moi'

L'adrénaline est une drogue et l'Autrichien est désormais guidé par le besoin impérieux de défier 'la limite Armstrong', aux alentours de 19 000 m d'altitude, là où la pression est tellement basse que le sang peut s'évaporer par les tissus épidermiques.

'Quand on se tient là au sommet du monde, on devient si humble... La seule chose que l'on souhaite, c'est de revenir en vie', a confié Felix Baumgartner après son atterrissage à Roswell, où la mission de lancement était installée.


A cette hauteur, les conditions sont extrêmes... tellement extrêmes qu'il a fallu mettre au point un équipement spécifique pour le protéger. Un casque sur mesure équipé d'une caméra, d'un micro mais également d'un circuit intégré pour éviter que la visière ne gèle.

Une combinaison spatiale et des gants ont été spécialement développés pour ce saut gigantesque.

Felix Baumgartner garde la tête froide et assure qu’après cette aventure, il commencera une nouvelle vie sans parachute. Il veut retrouver son métier d’origine comme pilote d’hélicoptère pour combattre les incendies et sauver des vies.

(sources AFP)





Dans nos blogs