home

imagin'Air

elle nous fait son cinéma...

... norwegian wood

'je voudrais que tu n’oublies jamais que j’ai existé et que je me suis trouvée ainsi à tes côtés...'


la ballade de l'impossible...
sans jamais forcer le trait, l'auteur du livre dont est adapté le film, haruki murakami, nous précipite dans un univers nimbé d'une violence douce...
le désarroi qui hante ses personnages est à l'image de leurs existences : lisse et silencieux.
ainsi va le monde moderne, semble-t-il vouloir nous dire, ce royaume des solitudes.

en 1987, haruki murakami publie 'noruwei no mori' (bois de norvège) un roman (paru en france sous le titre 'la ballade de l'impossible') qui raconte les amours de watanabe et naoko, au temps de la révolte étudiante japonaise.
au début, il n'y a que deux minutes : sur la première face de "rubber soul" (the beatles, 1965), norwegian wood raconte en deux couplets et un pont un amour éphémère.


tran anh hung le porte à l'écran...
il est facile de comprendre pourquoi tran anh hung a eu envie de mettre en image la ballade de l'impossible.
cette histoire douloureuse sur un étudiant japonais confrontée à la disparition subite de celle qui lui a fait découvrir l'amour physique fleure bon une mélancolie chère au réalisateur de l'odeur de la papaye verte (1993), qui n'avait plus tourné depuis 2000 et à la verticale de l'été.

la force de la jeunesse...
c'est dans le japon des années 1960 que le cinéaste saisit les doutes et les passions de la fin de l'adolescence.
il est le premier réalisateur auquel le romancier haruki murakami a accepté de faire confiance en lui offrant l'un de ses récits.

(...) 'il m'a parlé très franchement, se souvient tran anh hung , en s'intéresssant à tous les aspects du tournage y compris au budget dont je disposais.'


chaque plan du film émerveille par sa beauté... cette promenade lente, languissante, rend parfaitement ce que le réalisateur décrit comme l'époque des certitudes proclamées les larmes aux yeux.
le sentiment poignant qui se dégage de ce beau film se met au diapason de 'norvegian wood', chanson des beatles qui lui donne son titre original.
... on y parle d'amours mortes laissant des traces indélébiles au cœur et à l'âme.

elle nous fait son cinéma...

the lake house...
tout commence par une correspondance épistolaire passionnée... mais platonique.



l'architecte alex wyler emménage dans une maison de verre sur le bord du lac michigan.
à l'intérieur de sa boîte aux lettres, il trouve une note laissée à son intention par le docteur kate forster, précédente locataire des lieux, lui demandant de faire suivre son courrier.
lorsqu'alex lui répond, la jeune femme est stupéfaite de réaliser qu'il vit en fait en 2004, et non pas, comme elle, en 2006... au fil de leur correspondance, les deux occupants successifs de la maison sur le lac en viennent à s'éprendre l'un de l'autre.

or, pour se rencontrer, alex doit faire en sorte de voir kate dans son temps à lui !

elle nous fait son cinéma...

de guillaume canet

... une histoire d’amitié pleine de vie et d’amour


les petits mouchoirs
synopsis...
A la suite d'un événement bouleversant, une bande de copains décide, malgré tout, de partir en vacances au bord de la mer comme chaque année.

Leur amitié, leurs certitudes, leur culpabilité, leurs amours en seront ébranlées. Ils vont enfin devoir lever les 'petits mouchoirs' qu'ils ont posés sur leurs secrets et leurs mensonges.

Pour la première fois depuis longtemps, je n'ai trouvé aucune longueur pendant tout le film !
2h20 de rires et de larmes !!!

le drame, pour cette bande de copains, s’annonce véritablement comme un coup de massue, une scène d'une violence ! (l’émotion de Marion Cotillard nous guide) mais ils décideront malgré tout de partir de vacances pour se changer les idées et se retrouver. Mais la solitude et l’égoïsme de chacun font exploser les faux-semblants et leur amitié vole en éclat à chaque vérité et mensonge.

Un film générationnel beau à voir et à revoir sans modération (de kleenex)…

J'en pleure encore... des larmes de joie mais pas seulement...
la fin est magistrale !

elle nous fait son cinéma...

... de l’enfance trouble jusqu’à la vieillesse tranquille, des rêves inquiétants aux cauchemars angoissants, 'rêves' dévoile les angoisses et les différentes étapes de la vie de akira kurosawa par 8 scénettes oniriques et fantastiques.


akira kurosawa... 1990
akira kurosawa... 1990
'rêves' s'avère être un regard en arrière sur la vie de kurosawa. Au cours des huit parties du film (Au départ, le cinéaste japonais désirait faire dix sketchs, mais deux ne furent pas tournés pour des raisons techniques.), kurosawa nous promène entre ses rêves d'enfance, ses cauchemars, ses expériences artistiques (on croise vincent van gogh, interprété par martin scorsese) et ses messages écologiques.


elle nous fait son cinéma...

'brillante étoile ! que ne suis-je comme toi immuable, non seul dans la splendeur tout en haut de la nuit'...
ce poème de 1819, signé d'un certain john keats, alors méconnu (titre emprunté à l'un des poèmes que keats écrivit pour fanny brawne) a au moins inspiré le titre, 'bright star', dernier film de jane campion... une romance intense et pudique...

Un drame consacré à l'histoire d'amour entre le poète john keats (1795-1821), figure de proue de l'école romantique anglaise, et fanny brawne.


bright star... une leçon de poésie
Londres, 1818. Un jeune poète anglais de 23 ans, john keats, et sa voisine fanny brawne entament une liaison amoureuse secrète.
Pourtant, les premiers contacts entre les deux jeunes gens sont assez froids.
john trouve que fanny est une jeune fille élégante mais trop effrontée, et elle-même n'est pas du tout impressionnée par la littérature...

C'est la maladie du jeune frère de John qui va les rapprocher. Keats est touché par les efforts que déploie fanny pour les aider, et il accepte de lui enseigner la poésie.
Lorsque la mère de fanny et le meilleur ami de keats, brown, réalisent l'attachement que se portent les deux jeunes gens, il est trop tard pour les arrêter. Emportés par l'intensité de leurs sentiments, les deux amoureux sont irrémédiablement liés et découvrent sensations et sentiments inconnus.

'j'ai l'impression de me dissoudre', écrira keats. Ensemble, ils partagent chaque jour davantage une obsédante passion romantique qui résiste aux obstacles de plus en plus nombreux. La maladie de keats va pourtant tout remettre en cause...

elle nous fait son cinéma...

qui ne se souvient pas de paulette...?


chuttt...

elle nous fait son cinéma...

JME... 3 lettres
Journée Mondiale de l'Environnement qui coïncide avec la sortie en salle, la diffusion dans les écoles et la diffusion via youTube du dernier film documentaire de Yann Arthus-Bertrand... HOME


Les scientifiques ici nous rappellent que nous avons 10 ans pour changer nos modes de vie afin d’éviter d’épuiser les ressources naturelles de la planète.

Le message alarmiste du film Home de Yann Arthus-Bertrand mais nécessaire …. nous rapelle l’histoire d’une espèce : les Hommes, arrivés il y a 200 000 ans, mais dont l’activité humaine met en péril un équilibre de 4 milliards d’années.

J’aimerais que ce film devienne aussi votre film... partagez-le... et agissez...
Luc Besson